Au commencement 

Quand la maman chienne donne naissance à sa portée, elle se charge de stimuler le transit de ses chiots et de les lécher pour les nettoyer. Vers l’âge de quatre semaines, un chiot peut éliminer ses selles tout seul. C’est un bon pas dans la bonne direction ! Mais cela ne veut pas dire qu’il contrôle sa vessie et ses intestins. Si vous avez un chiot de cet âge, vous remarquerez qu’il ne maîtrise pas le moment et l’endroit où il se soulage. C’est votre rôle, en tant que nouvelle figure d’attachement (aussi connu sous le nom de Super Parent de Chiot) de l’aider à mener à bien cette mission ! 

Bienvenue dans le monde des chiots

Avant de vous lancer dans cette mission, mettez-vous à la place de votre chiot. Comment un chien vit-il l’apprentissage de la propreté et qu’est-ce qui est le plus important pour lui ? 

  • Où est-ce que je me sens en sécurité ?
  • Mon « coin toilettes » est-il dans un lieu calme et familier ?
  • Le chemin pour y accéder est-il sûr ? Y-a-t-il des obstacles ? 
  • Puis-je y accéder rapidement ? Parce que je ne vais pas pouvoir me retenir longtemps. 
  • Est-ce que la surface semble familière ?
  • Si je suis en train de jouer, j’ai d’autres priorités que d’aller au « coin toilettes ». 

Pour votre chiot, le “coin toilettes” est tel qu’il avait l’habitude de le voir quand il avait entre 5 et 9 semaines. S’agissait-il de feuilles de journal ou d’une serpillière ? Si c’est le cas, il est tout à fait normal pour lui d’uriner sur votre journal ou sur la serpillère posés devant la porte… Inutile de le punir pour ces erreurs – il faut lui laisser le temps et l’espace pour apprendre. 

Puppy sitting on a mop

Les bonnes bases : choisir l’endroit parfait 

Etape 1 : Cherchez un bon endroit pour le “coin toilettes”, où votre chiot peut être au calme et se sentir en sécurité.
Etape 2 : Mettez-vous une nouvelle fois à la place de votre chiot. La pelouse paisible en face de votre maison vous semble être l’endroit idéal – surtout que d’autres chiens l’utilisent aussi. Mais, souvenez-vous, toutes ces odeurs des autres chiens pourraient distraire votre chiot, voire l’effrayer. Le jardin, qu’il a appris à bien connaître au bout de quelques jours – serait-il peut-être mieux adapté ? 
Etape 3 : Vérifiez que votre chiot peut aller seul au “coin toilettes”. La plupart des chiots n’aiment pas être soulevés à tout bout de champ. Alors si vous pouvez vous assurer qu’il peut accéder rapidement à son petit coin par lui-même, vous avez un coup d’avance. 

Le bon moment pour une pause pipi ? 

La vie serait beaucoup plus facile si votre chiot pouvait faire pipi sur commande. Malheureusement, la réalité est très différente. Néanmoins, il y a des moments où votre chiot a vraiment besoin d’y aller :

  • Après avoir mangé, bu, dormi ou joué. Avec un jeune chiot, vous devrez faire une pause pipi toutes les demi-heures dans la journée (ou alors prévoir une bonne réserve de serpillères 😊 !)
  • Si votre chiot ne tient pas en place ou marche sans arrêt, indiquez-lui le chemin du petit coin.
  • Les chiots ont souvent besoin de se soulager la nuit. S’il se réveille, n’arrête pas de bouger ou aboie, il vaut mieux s’en occuper.

En lui donnant à manger à des heures régulières, vous pouvez mieux estimer quand il a besoin d’aller aux toilettes. 

Puppy eating from its food bowl

Quand le récompenser ? 

Votre chiot est arrivé à bon port. Pendant qu’il y est, vous restez avec lui. Il a fini ? Faites-lui savoir que vous êtes content de lui avec un mot gentil ou avec l’une de nos friandises savoureuses ! Il sera heureux de savoir qu’il vous a rendu fier 😊. 

Puppy getting a reward from its human

Votre chiot a besoin d’aide pour comprendre le concept de la propreté. C’est un processus compliqué, et il fera sans doute des erreurs. Le punir n’a pas de sens puisque cela rend votre chiot insécure et ne facilite pas l’apprentissage.  

Si les accidents sont nombreux, cela peut être utile de revoir votre approche et d’essayer de voir pourquoi les choses ne se passent pas bien. Les soucis de santé tels que les douleurs abdominales, la diarrhée et les infections urinaires peuvent compliquer l’apprentissage de la propreté. Le stress et l’anxiété sont aussi des facteurs bloquants. Pour faire court : pour un apprentissage de la propreté sans histoire, votre chiot a besoin d’être en bonne forme – physiquement et mentalement. 

Chaque chiot est unique, et certains vont apprendre plus vite que d’autres. Mais ne l’oubliez pas, plus votre chiot a du mal, plus il a besoin de vous. Avec beaucoup de patience, de bonnes habitudes et votre soutien, votre chiot va y arriver ! Bonne chance !